[Film – Critique] L’écume des jours de Michel Gondry

[fblike]

Après un blockbuster hollywoodien (The Green Hornet en 2011) et un essai indépendant tourné aux USA (The We and the I en 2012) Michel Gondry revient en France avec L’écume des jours. C’est également l’occasion pour Gondry d’effectuer son grand retour à un imaginaire ultra-inventif et mélancolique dont il avait fait preuve dans ses premiers longs métrages (La Science des Rêves, Eternal Sunshine of the Spotless Mind). Cette fois-ci Michel Gondry a choisi d’adapter l’inadaptable et incontournable roman du même nom de Boris Vian parut en 1947 et déjà adapté au cinéma en 1968 par Charles Belmont.

Sans conteste, le pari de cette adaptation du roman est une véritable réussite. Michel Gondry est parvenu à respecter l’univers et l’histoire de l’œuvre originale tout en y insufflant ses propres idées et son inventivité. L’histoire d’amour de Colin (Romain Duris) et de  Chloë (Audrey Tautou) devient un véritable terrain de jeu pour le réalisateur passé maître dans l’art des décors et des effets spéciaux en faux « fabriqués maison » de ses premiers clips vidéos et longs-métrages. Cet univers où les nénuphars poussent dans des poumons humains, où l’on peut survoler Paris en nuage, rouler en voiture transparente et où les sonnettes de porte se transforment en insecte pouvait rebuter plus d’un réalisateur. Pour Michel Gondry c’est une fantastique mine d’inspiration pour sa création sans limite – et son souci du détail – qui rappelle toujours autant celle d’un enfant génie. Chaque scène du film recèle d’une foultitude de bizarreries géniales et inventives qui proviennent soit du roman soit de la débordante imagination du réalisateur. Un Paris rétro, parfois anachronique, principalement filmé en décors naturels qui revêt ses suppléments de carton-pâte pour parvenir à créer l’illusion fantastique propre à l’univers Gondry dont le film déborde à chaque plan.

Aucune fausse note côté acteurs, Romain Duris et Audrey Tautou sont secondés ici par une belle distribution. Parmi les seconds rôles on compte notamment quelques-uns des acteurs comiques français les plus populaires du moment : Gad Elmaleh, Omar Sy et Alain Chabat. Une mention toute spéciale à Philippe Torreton en génial Jean Sol Partre. Un choix comique qui contre-balance plutôt bien avec la nostalgie et la noirceur sous-jacente qui menacent la fin de l’histoire. Si l’univers visuel, ultra découpé et ultra détaillé du réalisateur berce le spectateur dans l’imaginaire doux et enfantin dans la première partie du film, l’histoire à la fois mélancolique et triste de Boris Vian reprendra vite le dessus. L’insouciance et la légèreté de Colin va laisser place à un dur apprentissage de la vie. Une tournure qui risque de surprendre plus d’un profane du roman.

L’écume des jours pourrait devenir le film le plus important de la carrière de Michel Gondry.

Philip Pick

Regardez la bande annonce de L’écume des jours de Michael Gondry (2013)

[youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »kI90CvU0P_c »]

One Comment

  1. Hélène dit :

    Franchement pas terrible cette adaptation! !! Du savoir-faire ais assez plat… mieux vaut le roman!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>