[Film – Critique] Evil Dead de Fede Alvarez : La cabane dans les bois

[fblike]

Envolés les fantômes invisibles, enterrés le found footage ! Avec son remake d’Evil Dead de Sam Raimi (1981), Fede Alvarez permet au film d’horreur un revival saisissant et jubilatoire. La peur, cette dernière décennie, ne s’exprimait souvent, hélas, qu’à travers l’histoire d’esprits revanchards et de found footage (Paranormal Activity et autres copies) : ici, rien n’est suggéré, tout est montré, et sans retenue (au point d’obtenir en France une interdiction au moins de 16 ans). Ici, Alarez redonne ses lettres de noblesses au gore -corps déchiquetés, sang, sexualité sous-jacente…-) Adoubée par Sam Raimi lui-même, désormais producteur et initiateur du projet, Evil Dead 2013 arrose l’écran d’hémoglobine, de cris, de scènes aussi terrifiantes qu’exagérées ou extrêmes. Aussi fidèle à la saga originale (voir ici les références à l’original dans le film d’Alvarez) que novateur, le remake d’Evil Dead par Fede Alvarez est une nouvelle version réussie, sans aucun doute : les fans de l’original (devenu culte, point de départ d’un nouveau genre, moins politisé que dans les films d’horreur des années 60 ou 70 -on pense à George A.Romero par exemple).

Qu’importe le jeu branlant des comédiens (à l’image des films originaux de Raimi), ce qui importe ici, c’est le savoir faire d’Alvarez, qui démontre tout son potentiel en matière d’ambiance : s’inspirant de son illustre ainé, il propose un travail particulièrement réussi, tant sur le plan du son et du montage-son (jusqu’au clin d’œil du bruit de la mouche, si cher à Raimi)  que sur le plan de la photographie, attendue mais parfaite dans le genre, terminant dans une apothéose de carmin éclatant, première couleur vive du film. On note aucun faux-pas dans les cadrages  et que le montage (hormis une première partie un peu longue pour qui aurait déjà vu l’original) est aussi incisif que les scènes explicitement violentes.

Tourné sans aucune CGI, Evil Dead fascine autant par son quasi-réalisme que par son audace et son humour, sans rien renier des bases incontournables du film référence de Sam Raimi. Des bras charcutés, des viols sylvestres, des pluies de sang (formidable scène finale), le film fait preuve d’un délicieux savoir-faire (maquillages et effets spéciaux)!

En lieu et place de l’irremplaçable Ash (Bruce Campbell, le héros de la trilogie Evil Dead de Sam Raimi, qui participa activement au projet, en tant que producteur et « donneur d’idées », fort de son expérience en tant qu’acteur des films originaux),  Alvarez (avec l’aide de Campbell et de Raimi à l’écriture), se joue quant à lui des connaissances des fans de l’original : des twists ingénieux, dont un dès la scène d’introduction et un autre, à la fin, mettant en jeu l’identité même du héros du film. Condition sine-qua-non à la participation de Campbell à la production, Ash ne sera donc pas remplacé : la porte est désormais ouverte pour suivre les probables futurs calvaires de Mia (une suite est déjà confirmée) : gageons que le trio gagnant Alvarez/Raimi/Campbell saura nous offrir des suites aussi jubilatoires que ce premier (nouvel) opus. Les suites seront-elles plus splatstick que l’original, à l’instar des Evil Dead 2 et Evil Dead 3, L’armée des ténèbres de Raimi ?

D’ailleurs, s’agit-il réellement d’un remake… ou d’une habile suite ? La voiture autour de laquelle se retrouvent les jeunes gens au début du film, garée derrière la maison, envahie d’herbes et de ronces, nous indique qu’elle est là depuis très longtemps, abandonnée… On reconnait clairement la voiture d’Ash... Le mal a donc survécu.

Rick Panegy

Extrait de la Master-Class de Fede Alvarez à l’issue de l’Avant-Première parisienne:

[youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »oljQ2Lbm48Q »]

Interview de Sam Raimi et Fede Alvarez

[youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »39J1W2aqt2s »]

Bande-annonce non censurée

[youtube width= »600″ height= »365″ video_id= »I0hXLifNqeU »]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>