Dernier article du site
 
[Spectacles] [Théâtre – Critique] Je suis un pays / Vincent Macaigne
[Exposition] Musique et Cinéma le mariage du siècle? A la Cité de la Musique.
Previous
RANDOM
[Exposition] Nouvelles Vagues au Palais de Tokyo
Next
Expositions

[Exposition] Ronan et Erwan Bouroullec – Momentané au Musée des Arts Décoratifs

by Rick Panegy6 août 2013
LA CRITIQUE

[fblike]

Les jeunes frères prodiges du Design retracent leurs quinze dernières années de création au Musée des Arts Décoratifs, avec l’exposition « Momentané« . Les normes spatiales y sont éclatées, jamais maltraitées. Au contraire, l’espace ne se vit plus comme une contrainte mais comme une matière à travailler, qui naîtrait de la création des œuvres de Ronan et Erwan Bouroullec… L’inverse, un espace qui forcerait la création, et par là-même la limiterait, semble un écueil balayé d’un revers de main (de maîtres) par les designers.

Dans la Nef du musée, la richesse des espaces et des volumes sont exploités avec brio : l’intime côtoie le gigantesque, et le travail des deux designers, qui collaborent régulièrement avec les plus grandes maisons (textile, mobilier etc…) s’expose alors au visiteur comme une subtilité élégante d’une incroyable richesse et variété, dont le fil conducteur semble demeurer dans la facture raffinée et harmonieuse, entre grâce et dandysme.

L’entrée, par la grande salle de la Nef, se révèle magistrale : A la vue du Cloud Modules ou du North Tiles (les cloisons réalisées pour les entreprises Capellini ou Kvadrat), l’espace se tord au point de déformer, d’emblée, le rapport à l’espace et à la matière de tous les visiteurs. D’autant plus qu’au centre de la nef, une autre cloison empêche l’accès : les Algues (conçues pour Vitra) laissent entrevoir de l’autre côté l’immense Textile Field (créé pour le Victoria & Albert Museum) sur lequel on pourra, plus tard, se détendre (en ayant pris soin d’ôter ses chaussures) après avoir parcouru le bas-côté « Jardin ». Celui-ci présente l’incroyable inventivité des Bouroullec sur le thème du travail : des espaces clos/ouverts aux lignes courbes et apaisantes pour travailler en open-space ou étudier en bilbiothèque (le collection Joyn ou Workbay pour Vitra, que le visiteur n’hésitera pas à « tester », en s’y installant quelques minutes pour feuilleter le catalogue de dessins des deux designers français). Le design du mobilier, dans son acception « industrielle » s’exprime ici dans son élan le plus noble. Le bas-côté « jardin » s’achève par une série de vidéo des Bouroullec au travail.

Retour dans la Nef : après quelques exemples d’objets du quotidien, exploités en série limitée ou dans une dimension industrielle (des lampes, un canapé, un miroir, un vase…), chacun s’essaye au confortable Textile Field, avant d’emprunter un mince couloir délimité par la cloison Twigs (des pinces assemblées dans un dégradé somptueux). On pénètre alors dans la dernière partie de l’exposition, le bas-côté « Rivoli », qui propose, l’espace de six salles, le design domestique des Bouroullec : lits fauteuils, vases, tables sont mis en scène comme des salons d’excellence esthétique. Le visiteur n’oubliera pas de se retourner et d’observer le mur qui fait face à ces salons : une riche série de photographies dévoilent les artistes/artisans au travail, des détails des œuvres ou du processus de création.

En sortant, bien malin celui qui affirmera ne pas avoir choisi au moins une des pièces présentées pour la rêver chez soi ou tout du moins, dans un chez soi fantasmé, où formes, couleurs et géométrie définiraient l’espace dans un infini possible de combinaisons.

Au Musée des Arts Décoratifs  (voir les informations sur le site du Musée) jusqu’au 1er septembre 2013.

Rick Panegy

 

Voir le site de Ronan et Erwan Bourellec

Vous êtes d'accord avec nous ?
N'importe quoi !
0%
Pas franchement d'accord
0%
D'accord avec vous !
0%
Absoluuuumeeent!
0%

Laisser un commentaire

Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »