WIN_20140718_114725

[Festival d’Avignon 14 – Reportage] Répétitions de 2014 Comme Possible de Didier Ruiz

[fblike]

A quelques jours de la première au Festival d’Avignon 2014, nous retrouvons le metteur en scène Didier Ruiz et son équipe artistique dans un studio de la Chartreuse de Villeneuve-Lès-Avignon. Il nous présente les quinze adolescents, âgés de 14 à 22 ans, qu’il a recrutés dans les alentours pour sa transposition avignonnaise de son spectacle 2013 Comme Possible qu’il avait présenté à l’origine en 2013 aux Ateliers Berthier – Théâtre de l’Odéon à Paris.

Depuis le mois de janvier, Paul, Manon, Noémie, Kevin, Marine, Margot et les autres se réunissent tous les samedis (et 5 jours par vacances) pour préparer avec Didier Ruiz les grandes thématiques du spectacle : l’amour, la mort, les origines, la peur, le corps, l’adolescence, l’avenir, les rêves etc. Les rêves justement, pour certains c’en est un peu un ! « C’est un peu comme si je réalise un rêve de monter sur scène« .

6 mois de répétition, sans avoir l’idée claire de ce que sera le spectacle une fois définitivement monté. « On a répété les grandes lignes mais on commence seulement maintenant à voir ce que ça va donner vraiment sur scène, avec les déplacements et comment tout s’enchaine ».

S’ils préparent ensemble leurs réponses et leurs interventions pour chacune des thématiques abordées, aucun texte précis n’est appris par cœur par les membres de la jeune troupe. Il s’agit bien ici de rester fidèle à l’idée de la « Parole vraie » si chère à Didier Ruiz. « L’important, c’est de rester naturel, de toute façon… pas de réciter par cœur ».

Lorsque nous arrivons au studio, c’est le moment d’une pause bien méritée après le filage complet du spectacle, dès 9h du matin. Le groupe d’adolescents (hormis deux garçons qui pratiquent le Ramadan) se restaure avec les viennoiseries et les boissons d’un buffet improvisé dans le vestiaire adjacent avant de filer en bas dans l’une des cours médiévales de la Chartreuse de Villeneuve-Lès-Avignon pour s’aérer et se dégourdir. « J ai un peu le trac » dit l’une. « Moi je suis pas encore inquiète mais je pense que sur scène, c’est à que je vais réaliser ! » Lucide, un des jeunes comédiens conclue « La pression monte ! ». 240 spectateurs à chaque représentation, ça impressionne, forcément.

La plupart de ces ados du coin nous confient que s’ils connaissent le Festival d’Avignon, c’est en général pour les spectacles présentés au « Off ». Ils sont très fiers de pouvoir monter sur scène au sein d’un spectacle du « In ». Leurs familles et amis seront présents à la générale qui aura lieu dans moins d’une semaine. Ils sont heureux car ils viennent tout juste de découvrir la manière dont le spectacle va se dérouler. Depuis janvier ils ont principalement travaillé sur leurs ressenti par rapport aux thématiques proposées par Didier Ruiz ainsi que sur leur manière d’aborder l’espace de la scène. Aujourd’hui tout ce travail commence à faire sens dans leurs esprits. Et la suite ? Quelques uns savent déjà que cette expérience tout à fait enrichissante ne sera que la première d’une carrière qu’ils envisagent désormais dans le théâtre. « Moi, je n’avais pas forcément envie de faire du théâtre, maintenant, je me dis que tout est possible! ». Réplique d’une camarade : « Moi j’en faisais déjà. Je vis juste comme une expérience en plus mais je veux pas en faire mon métier.« 

Après la pause, retour au studio pour la répétition de certaines parties chorégraphiées de la pièce, la séquence 2 et la séquence 3 -le final (en vidéo ci-dessous)-. Didier Ruiz encourage les jeunes comédiens, aidé par Doméo, qui intervient sur le corps et la chorégraphie d’ensemble, et par Sophie, assistante à la mise en scène. « Vous y êtes pas les chéris, je vous entends flotter. On reprend » s’exclame Didier Ruiz, dans un mélange d’autorité et de bienveillance. Il guide mais n’impose pas, lançant par exemple « C’est votre sauce ça » pour inviter l’artiste en chaque jeune à s’assumer. Une correction est aussi l’occasion pour Ruiz, d’élargir ses conseils : « C’est pas un petit pas, c’est un pas un peu plus grand… Pour que ça décolle… Il faut vraiment élargir, il faut que tout engage... »  Certains jeunes ne sont pas encore totalement à l’aise : « Dorian ne t’inquiète pas tu auras forcément des repères au sol! » rassure le metteur en scène. Ou encore, un simple « Voila, c’est ça tout simplement. Tu vois Kevin! » et la confiance en soi repart. Didier Ruiz fait aussi part de son expérience pour apaiser les jeunes, dont la plupart n’ont jamais mis un pied sur scène : « Tout ce qui est extérieur ne doit pas vous perturber. Souvenez-vous du malaise de cette femme dont je vous ai parlé… A Limoges.« 

Par moment, en observant de l’imprévu, Ruiz stoppe la répétition et s’en saisit : « Voila. Il faut que tu aies la sensation du temps ! J’aime assez ça, qu’il intervienne comme ça. Gardons ça!« . Tous semblent sereins dans l’aventure qui les unit.

L’équipe artistique nous confie que l’évolution de ces acteurs en herbe entre janvier et aujourd’hui est fantastique : exit « la timidité et les épaules tombantes« . Au moment de notre départ, on entend Ruiz dire à sa troupe « Vous sentez que ça avance!« 

Ces 15 jeunes adultes sont prêts à nous parler fièrement d’eux et de leur vision du monde.

 

2014 Comme Possible
Du 23 au 27 juillet 2014
Tinel de la Chartreuse de Villeneuve-Lès-Avignon
Renseignements & réservations www.festival-avignon.com
 

Philip Pick et Rick Panegy