Dernier article du site
 
[Spectacles] [Danse] Kadamati / Akram Khan
[Théâtre - Critique] Le Mariage de Maria Braun de Thomas Ostermeier
Previous
RANDOM
[Théâtre - Critique] P.P.P. de Phia Ménard
Next

[Théâtre – Critique] Sans Filtre de Laurent Baffie

"Juste un doigt"
by  on 27 février 2015
Spectacles
Pourquoi "oui" ?

- Une Karine Dubernet déchainée
- La possibilité de vivre par procuration une orgie de grossièreté
- Spectacle assez court
- Certaines punchlines délicieuses (Baffie's touch)

Pourquoi "non" ?

- Situations répétitives
- Trame narrative très classique
- TRES grossier...
- Laurent Baffie, qui pourrait se contenter d'écrire au lieu de jouer.

Verdict...
NOTES
Rick Panegy
Philip Pick
NOTES
You have rated this
LA CRITIQUE

Le retour de Baffie au théâtre, sur scène et à l’écriture, ne trompe pas la tradition. Volontiers provocateur et toujours grossier, Laurent Baffie et son Sans Filtre ne décevra pas les inconditionnels du théâtre délibérément épais et lourd du célèbre trublion. Nous, on a connu ennui et lassitude, et nous avons ri une fois, ou deux…

Fort de ses précédents succès (Sexe, Magouilles et culture générale en 2001, Toc Toc en 2005 ou encore Les Bonobos en 2011), et de sa réputation de dézingueur à tout va, formules chocs au fusil et langage franc -voir fleuri- en argument, Baffie enfonce le clou. Sans filtre raconte en bon théâtre de boulevard, une intrigue simple et comique avec effets à la pelle : tout y est, comique de situation, de mots, de gestes, et même de répétition. L’auteur maitrise parfaitement les codes de l’amusement public populaire… Dans un cabinet de médecin, des spécialistes en tout genre vont se succéder pour étudier le cas clinique inédit et cocasse du personnage incarné par Laurent Baffie : celui-ci, on ne sait pourquoi, n’a visiblement plus de surmoi, depuis quelques jours. Gênant : tout ce qu’il pense sort de sa bouche avec une sincérité désarmante, de remarques salaces en insultes. Le colloque de spécialistes improvisé dans le cabinet pour trouver la cause et le remède est l’occasion de révélations, de confidences traitées avec la plus grande bouffonnerie.

Le public rit à gorge déployée, souvent, et en grande partie. Certains, comme nous, laissent glisser l’accumulation des vannes vulgaires et attendent (pas longtemps) la série suivante de grossièretés. On a beau être prévenus du genre, il n’est pas toujours facile d’accepter le mauvais goût érigé en système. Si on parvient toutefois à se faire une raison, on n’est hélas peu convaincu par l’ensemble du récit, qui ne surprend guère. Rien n’est franchement original dans ce spectacle finalement assez classique (l’originalité ? L’idée du déballement , peut-être vécus par certains sectateurs comme une procuration salvatrice.).

Sans filtre est donc un spectacle sérieusement écrit, bien ficelé, et dans son genre grotesquement basique, ce qui en fait un spectacle visiblement appréciable pour qui cherche un divertissement populaire aisé… Rondement mené par des comédiens énergiques et généreux (le moins bon étant sûrement Baffie lui-même et la plus drôle probablement Karine Dubernet), Sans filtre ne nous a pas épatés. Le principe connu et la mécanique comprise, au bout d’un quart d’heure, il ne reste plus qu’à laisser filer les perles : certains les gobent avec délectation, nous, nous avons frôlé l’indigestion.

A vous de voir…

Rick Panegy

Vous êtes d'accord avec nous ?
N'importe quoi !
83%
Pas franchement d'accord
17%
D'accord avec vous !
0%
Absoluuuumeeent!
0%
Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »