Dernier article du site
 
[Spectacles] [Théâtre – Critique] Medea de Simon Stone
Musique

[Concert – Critique] – Isaac Delusion à l’Olympia

by 15 mars 2015
Verdict...
NOTES
Hannah Graam
NOTES
You have rated this
LA CRITIQUE

En concert le 24 février 2015 à l’Olympia, le quatuor français d’Isaac Delusion nous a offert une musicalité sans précédent, une voix hors du commun et des réorchestrations très intelligentes de leurs titres les plus connus. Hélas, l’ordre hasardeux de la set list, un empilement de styles trop différents et la nonchalance de Loic, le chanteur, nous ont laissé une impression générale mitigée. 

Disons le clairement, pendant la première partie du concert, l’ennui nous a gagné. Même sur les morceaux plus rythmés et magnifiquement réorchestrées (She pretends, Shake), les musiciens insufflent un groove qui donnerait envie à un zèbre de se déhancher, mais la diction nonchalante de Loic Fleury ne tient pas la distance et le tout fait pschitt. Bref, nous sommes frustrés. Il y a du bon, du très bon, mais l’ensemble n’est pas cohérent et on ne peut que le regretter. Les réverbes sont trop fortes, la voix traine en longueur alors que l’on aurait besoin de coupes franches pour tenir ce rythme parfois endiablé.

Sur les morceaux plus calmes, la voix est mise en valeur et elle est magnifique. Mais l’émotion ne passe pas vraiment.

Nous perdons alors espoir, quand, enfin, l’union parfaite se produit : rytbme et voix sont en harmonie sur Children of the Night. Une fois de plus, le groove de l’enregistrement studio est magnifié en live, la réorchestration fait la part belle aux montées rythmiques. Intelligent. Enfin, la voix de Loic semble trouver sa place. Pendant 4 morceaux, nous sommes en cohésion parfaite avec le groupe, nous bougeons, l’enthousiasme et l’émotion montent. Naturellement.

Et puis, re-pschit. Une fin en eau de boudin. En guise de rappel : deux morceaux plus calmes qui semblent laisser l’auditoire perplexe, confus face à tant de diversité et de curieux choix dans l’ordre de la set list.

Le tout se termine en pogo général sur la scène où quelques spectateurs sont invités à monter. C’est sympa et tout le monde saute partout, mais ça reste superficiel : demander à un public de manifester son énergie en sautant partout ne créé qu’un simulacre d’ambiance et de communion avec lui.

Bref, de vraies moments de grâces musicaux (le bassiste était excellent sur toute la ligne ! ) mais des styles musicaux un peu trop variés ou inadaptés à la voix de Loic qui déstabilisent parfois l’audience. Il y a là un vrai potentiel. Le deuxième album sera décisif et devra sonner l’heure du choix de lignes musicales plus tranchées afin d’inscrire Isaac Delusion dans la durée.

Hannah Graam

Vous êtes d'accord avec nous ?
N'importe quoi !
0%
Pas franchement d'accord
50%
D'accord avec vous !
50%
Absoluuuumeeent!
0%
Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »