Dernier article du site
 
[Spectacles] [Théâtre – Critique] Je suis un pays / Vincent Macaigne
#Humeur 10 : Jury du Festival de Cannes - What did you expect ?
Previous
RANDOM
[Comédie Musicale - Info] Cats : Prisca Demarez en tête d'affiche à Paris
Next
Expositions

[Exposition] Chercher le garçon au MacVal – Musée d’Art Contemporain du Val de Marne

XY
by 26 avril 2015
MICRO-CRITIQUE & NOTE
En bref...

Une exposition complète sur les réflexions et les remises en cause d'artistes contemporains autour de la question du genre : l'homme est une construction de la société, qu'en est-il des valeurs qui lui sont associées ?
A voir !

Pourquoi "oui" ?

- Des œuvres variées et nombreuses.
- Un questionnement très actuel, après les débats de société agités sur le genre.
- Un parcours simple, des cartels efficaces et un livret d'accompagnement limpide.

Verdict...
NOTES
Rick Panegy
Philip Pick
NOTES
You have rated this
Un garçon multiple

Au Musée d’Art Contemporain du Val de Marne (MacVal) se tient jusqu’au 30 août l’exposition Chercher le Garçon, une « exposition collective d’artistes hommes ». Sexiste ? Bien au contraire, cette exposition questionne les modèles segmentant de nos sociétés, bouscule les limites du genre et des stéréotypes attribués à la masculinité.

Interrogeant les codes établis par les sociétés occidentales, qui définissent socialement l’identité du mâle comme homme, les artistes moquent ou éclairent les définitions qui lui sont associées : virilité, victoire, courage, performance, pouvoir, attitude, force, etc. En somme, tout de ce qui fait de l’homme autre chose qu’un mâle, dans son opposition génétique à la femelle, et tout ce qui en fait alors un homme, en opposition à la femme, constructions sociales. Une réflexion qui ne plaira sans doute pas aux effrayés de ces dernières années pour qui les débats sur les études de genre avaient provoqué une onde de choc démesurément affolante. Il ne vaudrait pas mieux qu’ils mettent un pied au Mac-Val… à moins que, au contraire, l’art ne finisse par les convaincre davantage que les débats politiques ou médiatiques récents…

Un parcours dense et assez complet au cœur d’œuvres contemporaines, variées et riches. L’espace est savamment utilisé et les cartels intelligibles et simples. A titre d’exemple, quelques œuvres ci-dessous interrogeant l’homme comme marchandise uniforme (Cochons pendus de Patrick Raynaud), moquant le symbole de la victoire, de la performance et de la réussite qui lui est associé (Detumescences – Jean-Baptiste Ganne), le réduisant à sa plus basique expression atomique, en faisant ainsi la plus exact équivalent de la femme (Ecce Homo - Laurent Prexel) ou encore se riant de sa virilité reconnue et flattée (Rita - Philippe Perrin) ou le montrant dans un contexte habituellement et socialement associé à la féminité -danser sur Mariah Carey- (Ce qui est dansé, personne ne me l’enlève – Santiago Reyes)…

Cochons Pendus – Patrick Raynaud (1994)

 

 

Detumescences – Jean-Baptiste Ganne (2012)

 

Tug Vrinak / Trik Ungav / Ragut Kim / Takun Girv – Gavin Turk (2010)

 

Ecce Homo – Laurent Prexel (2015)

 

 

BCYA 10 – Jérôme Boutterin (2012)

 

Ce qui est dansé, personne ne me l’enlève – Santiago Reyes (2015)

 

Rita – Philippe Perrin (2010)

Rick Panegy

Vous êtes d'accord avec nous ?
N'importe quoi !
0%
Pas franchement d'accord
0%
D'accord avec vous !
0%
Absoluuuumeeent!
100%
Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »