Dernier article du site
 
[Spectacles] [Théâtre – Critique] Medea de Simon Stone
Cinema

[Cinéma – EN BREF] Connasse, princesse des cœurs d’Éloïse Lang et Noémie Saglio

Bullshit
by 6 septembre 2015
Pourquoi "oui" ?

- Camille Cottin est parfois drôle, et possède un potentiel comique indéniable.
- Elle parle très bien anglais et a donc su développer une sorte de pidgin franco-anglais qui colle assez au personnage approximatif de la connasse.

Pourquoi "non" ?

- Un rythme inefficace, alternant entre flottements et manques d'énergie.
- Un humour pseudo-insolent, qui n'a finalement pas grand chose de provocateur : le tout (y compris la plupart des dialogues ou monologues de la "connasse" ayant été écrit en prévision des réactions ou situations des quidams.
- Des "caméras-cachées" tronquées, si bien qu'il manque la plupart du temps la réaction des quidams.
- Une succession de "sketchs" mis bout à bout pour justifier une scénarisation du concept. Résultat : plus de spontanéité ou fraicheur de ton.
- Pas toujours drôle : un humour qui est au final assez nombriliste. Les scènes n'étant pas drôles pour les interactions ou réactions qu'elles provoquent, ni pour la situation elle-même vécue à l'écran, elles se veulent drôles par et pour son unique personnage.
- Pesant par moment, des scènes qui s'étirent trop longuement (surtout les transitions, qui ipso facto ressemblent à du "on comble")
- Vl'a l'image des français comme dirait l'autre...
- Une "connasse" franchement sage, on aurait nous-même pu en faire 10 fois pire...

Verdict...
NOTES
Rick Panegy
Philip Pick
NOTES
You have rated this
CritiQuick
Noémie Saglio et Eloïse Lang transpose sur grand écran la mini-série à succès de Canal+ « Connasse » dans laquelle Camille Cottin faisait rire par son outrance et son sans-gène exécrable. Le film voulant s’octroyer une légitimité « long-métrage », il magouille un mini-scénario aussi épais que du papier-cigarette et aussi mollasson qu’inefficace : au final en effet, la « Connasse » est bridée dans un récit à la narration très basique, la contraignant à orienter les réactions (les siennes ou celles des piégés) ce qui, il faut bien l’avouer, est le principe contraire à la spontanéité supposée du personnage et au mécanisme-même de « caméra-cachée ».
Vous êtes d'accord avec nous ?
N'importe quoi !
0%
Pas franchement d'accord
0%
D'accord avec vous !
100%
Absoluuuumeeent!
0%
Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »