Dernier article du site
 
[Spectacles] [Danse – Critique] To Come (Extended) / Mette Ingvartsen
[Opéra - Critique] Rigoletto de Claus Guth
Previous
RANDOM
[Théâtre - Critique] La Mer d'Alain Françon
Next
theatre odeon intermittents
#Humeur/Opinion

#Humeur 14 : Hé Ohdéon, les intermittents à l’assaut. Pour toi Audrey.

by Rick Panegy26 avril 2016

26/04/2016 – Hé Ohdéon.

Attention, ceci n’est pas un billet sérieux. (et s’adresse à Audrey surtout…)

Les intermittents, occupant déjà la place du Théâtre de l’Odéon depuis quelques jours (avec de jolis néons à la Pierre-André Weitz au fronton de l’édifice sacrifié), sont rejoints par la NuitDebout (Oui, ceux de la Place de la République, où il parait qu’on débat et qu’on s’essaye à s’écouter, gesticulations codées en guise de manuel d’utilisation). Mais revenons aux intermittents, qui régulièrement, s’agitent eux aussi : dernièrement, en 2014, le Festival d’Avignon et la Ministre de la Culture du moment (Aurélie) avaient été très bousculés. Évidemment, leur régime spécial était au cœur de leur revendication. Ça fait combien d’années qu’ils râlent ? On les écoutera quand ? Parce que quand il n’y aura plus de culture, et plus que des cons, faudra pas leur dire « on a besoin de vous les gars », ce sera trop tard. M’enfin, Fleur avait tassé le truc quand elle avait récupéré le portefeuille d’Aurélie… Et maintenant ? Ben la même chose : le projet de Loi Travail mettrait à mal ce fichu régime qui convient pas à grand monde (pas à tous les intermittents, et surtout pas aux décideurs chercheurs d’économies là où il vaudrait mieux pas, et encore moins au Medef). Régime bancal mais toujours mieux que ce que les têtes pensantes qui ont les signatures proposent, brandissant le « déficit » comme étendard de leur curieuse vision de la justice économique.. Et maintenant ? Au tour d’Audrey, la grâce au bout du fusil.

Et voilà que la Comédie Française est occupée aussi. Ca rigole plus. Fichtre, Eric demande à la police de ne pas intervenir. Le melon, dit-on d’Eric, mais un melon solidaire ! Le Théâtre National de Strasbourg le serait également. Bigre ! On imagine Stan qui jette un face public déclamatoire pour dire « bingo les potos on vous soutient en vrai ». On se croirait rebalancés 50 ans en arrière… Un nouveau théâtre populaire va naitre, évidemment, qui en doute… D’autant plus que les occupations dans les lieux culturels publics (théâtres nationaux, CDN…) s’étend peu à peu, même chez le humain trop très « humain » Rodrigo (un comble)

Pardi, on préfèrerait que les intermittents aillent occuper le Théâtre des Variétés ou le Théâtre Rive Gauche, où Eric-Emmanuel les bichonneraient de sa chemise ouverte et de son regard de nounours (il évitera malicieusement de leur parler de son « théâtre », ça risquerait de les agacer encore plus). Égoïstes, nous ? Parce qu’on met pas les pieds chez Emmanuel ? Et qu’on veut pouvoir aller voir nos pièces tranquilles à l’Odéon, en bons bobos, sans se soucier du sort de ceux qui nous permettent de voir Zaza en jeune folle chez Warlikowski ou les délires ésothéro-mystico-SM de Roméo ou d’Angelica ? D’abord faux, on a déjà risqué notre amour propre en mettant les pieds au Rive-Gauche (oui oui, « we did it », et on a survécu… de justesse) ! Et puis surtout, c’est qu’on a envie que le théâtre privé soutiennent le théâtre public, voyons, et que les gens de bon goût -ceux qui vont voir Amanda Lear ou Pietragalla- se révoltent avec les intermittents, par pure compassion envers ces gars qui, comme eux, se coltinent parfois des pièces de merde (sauf que eux, ils déboursent pas 80€ pour y être). Et pi si il faut aller occuper un lieu symbolique des institutions, que n’iraient-ils pas à Aubervilliers, ça ferait au moins un peu de visite à Marie-Jo…

Alors, puisque c’est au tour d’Audrey de s’y coller, on lui gueule tout fort : « Hé Oh, règle ça fissa, A.A., nous on est spectateurs, on veut voir du théâtre ; les histoires de régime, de chômage, d’heures faites ou pas avant d’avoir droit à ses indemnités etc etc… c’est pas nôtre truc, on maîtrise pas. On sait juste que les types sont visiblement pas trop en phase avec ta bande et qu’a priori va falloir s’y mettre parce que ça grogne (et on sait pas pourquoi -enfin si mais ça ils en parlent mieux que nous- on a tendance à avoir choisi notre camp: ceux qui font vivre le théâtre). Et sans eux on fait quoi nous alors ? On regarde Hanouna ? Pitié, Audrey, fais bouger ça, pour nous au moins, je t’assure on le mérite. »

Rick Panegy (toujours de mauvaise foi)

Vous êtes d'accord avec nous ?
N'importe quoi !
29%
Pas franchement d'accord
14%
D'accord avec vous !
43%
Absoluuuumeeent!
14%
Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »