Dernier article du site
 
[] [Danse – Critique] C’est une légende / Raphaël Cottin
[Festival d'Avignon 2016] Prima Donna de Rufus Wainwright
Previous
RANDOM
[Comédie Musicale - Info] Oliver Twist
Next
Cinema

[Cinéma – Critique] Star Trek – Sans limites de Justin Lin

by 26 août 2016
Verdict...
NOTES
Rick Panegy
Philip Pick
NOTES
You have rated this
Crit'quick
Le troisième épisode de la saga Star Trek version reboot initiée par J.J..Abrams en 2009 fête les cinquante ans de la licence culte en passant le volant à Justin Lin, réalisateur survolté -mais à succès- des épuisants Fast and Furious. Trop lisse, assez plat, très léger, ce Star Trek Sans limites plonge dans une agitation cosmico-guerrière continue.

Tandis que les deux volets (imparfaits) de J.J.Abrams offraient un aspect plus grave et plus sombre des aventures de Capitaine Kirk et de son Entreprise, la proposition de Justin Lin reste délibérément à la surface d’une SF entertainment mainstream. Et on le déplore assez, tant les deux heures de ce Star Trek Sans Limites sont une boursouflure continue de scènes d’action étirées, toutes très -trop!- spectaculaires, qu’elles se déroulent dans l’espace ou au sol : en somme Justin Lin donne à son Star Trek un statut de film d’action, principalement, ne gardant de ce qui définit la science-fiction qu’un canevas qui lui sert de deck, sur lequel il brode scènes de combats et de poursuite, saupoudrées de l’humour surécrit de Simon Pegg, qui a collaboré à l’écriture (Diable, cette pathétique scène d’intro) … Sacrilège. Pour l’amour de l’origine, le film ne lésine pas sur les hommages à Leonard Nimoy, décédé avant le tournage, ou sur les références cachées ici ou là…

L’intrigue elle-même est réduite à la plus pure simplicité, lissant la mythologie de la saga trekkienne. Que garder de ce Star Trek Sans Limites si ce n’est le simple plaisir immédiat d’une gourmandise ou d’une attraction de fête foraine ? Pas grand chose d’autre que ce charme désuet de série B, que, peut-être, Justin Lin a réussi à redonner à la saga, et qu’elle avait perdu avec l’extrême sérieux (habituel et pompeux) de J.J..Abrams… On aurait pourtant aimé que les questions de la maturité, du renoncement, de la frustration, de l’engagement ou du combat des idéaux, à peine caressées par le scénario, soient davantage creusées…

Rick Panegy

 

Vous êtes d'accord avec nous ?
N'importe quoi !
0%
Pas franchement d'accord
100%
D'accord avec vous !
0%
Absoluuuumeeent!
0%
Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »