Dernier article du site
 
[Spectacles] [Théâtre – Critique] Je suis un pays / Vincent Macaigne
[Comédie Musicale - Critique] Timeo
Previous
RANDOM
Deux Mots à Dieudonné Niangouna
Next
Spectacles

[Critique – Danse] Faits et Gestes de Noé Soulier

Grammaire de la distance
by 24 novembre 2016
Verdict...
NOTES
Rick Panegy
NOTES
You have rated this
Grammaire de la distance
Noé Soulier creuse le sillon de l’exploration du geste et de sa perception. Avec Faits et Gestes, il perd toutefois le spectateur dans une grammaire vidée d’affect. Le corps disparait sous le geste.

Voilà qui est étrange et paradoxal, et qui entraine d’autant plus de déception que le travail et la recherche du jeune chorégraphe sont indéniables : sa création Faits et gestes est une longue grammaire autour du geste, un spectacle syntaxe où chaque geste est un monème, une unité de sens, isolée et composée avec une autre ; où tous ces gestes découpés accouchent d’une identité somme de type synthème, c’est-à-dire une seule unité de sens globale, composée de multiples unités. Faits et Gestes n’est en réalité qu’un fait, qu’un geste, un unique mot qui donne à la proposition sa sémantique : ici le mouvement est l’élu. André Martinet semble s’être invité aux côtés du chorégraphe. Où réside alors ce paradoxe décevant ? Dans cette accumulation de gestes syncopés, volontairement inaboutis et interrompus, qui accomplissent une « sacralisation » du geste au détriment du corps.

Disparaissant derrière l’intelligence donnée au mouvement, derrière son intention, le corps n’est plus qu’un médium pour exprimer la pensée. Au final, ces quatre danseurs, généreux et précis (autant dans les chorégraphies écrites qu’improvisées) semblent aussi impassibles que le regard studieux du spectateur. Que Noé Soulier garde de son passage à P.A.R.T.S. un goût particulier pour la grammaire ou les assemblages mathématiques est assurément une chose respectable mais l’absence de corps, de vie ou de passion (ou l’absence de discours autour de cette triple absence) donne à Faits et gestes des contours presque trop universitaires…

En éloignant le corps de son langage chorégraphique au profit du mouvement, Noé Soulier cultive bien malgré lui une grammaire de la distance : entre le spectateur et le sujet. Seul l’esprit voyage, pas l’âme.

Rick Panegy

Faits et Gestes – Noé Soulier © Chiara Valle Vallomini

  • Festival d’Automne 2016
  • CND – Centre National de la Danse
Vous êtes d'accord avec nous ?
N'importe quoi !
0%
Pas franchement d'accord
0%
D'accord avec vous !
0%
Absoluuuumeeent!
0%
Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »