Dernier article du site
 
[Spectacles] [Danse – Critique] To Come (Extended) / Mette Ingvartsen
[Théâtre - Critique] Cabaret Europe du Birgit Ensemble
Previous
RANDOM
[Performance - Critique] Composite - Variations de Tetsuya Umeda
Next
Festival d'Avignon

[FESTIVAL D’AVIGNON 2017] Retour sur le programme – 15 spectacles à voir

by Rick Panegy21 mai 2017
A l'heure du choix !

/ Avignon en vue / Le 6 juillet, tandis que les enfants de France seront encore à l’école, débutera du côté du Vaucluse la cérémonie rituelle estivale des festivaliers amateurs de spectacle vivant. Le Festival d’Avignon fêtera sa 71ème édition.

Olivier Py, renouvelé cet hiver à la tête du Festival d’Avignon jusqu’en 2021, assure cette année son quatrième festival en tant que Directeur…. Coutumiers des scandales, des polémiques et toujours cibles favorites des critiques et des passions, le Festival et Olivier Py n’échappent pas, cette année encore, à la règle : A peine dévoilée, la programmation a fait réagir. Le focus « Afrique » a fait bondir le toujours révolté Dieudonné Niangouna et a entraîné dans sa vague quelques discussions emportées. Signe que l’art provoque toujours autant de crispassions et de déraisons, d’entrain et de convictions.

Les œuvres d’art disent la vérité !   Olivier Py

Le Festival proposera donc, une fois de plus, une ouverture sur le monde, en proposant cette année un parcours « Afrique Subsaharienne » avec des artistes tels que Dorothée Munyaneza, Boyzie Cekwana, Serge Aimé Coulibaly, Rokia Traoré, ou Les Basongye de Kinshasa. Un Festival qui veut s’ouvrir encore vers de nouveaux artistes et de nouvelles propositions : plus de 40 spectacles, plus d’une trentaine de créations et autant d’artistes qui viennent pour la première fois au Festival. On y retrouvera toutefois des artistes qui connaissent déjà le Festival (Guy Cassiers, Satoshi Miyagi, Lemi Ponifasio, Emma Dante, Juliette Binoche, Tiago Rodrigues, Katie Mitchell, Olivier Py, Robin Renucci, Franck Castorf ou Jean-François Matignon…)

Le seul fait d’ouvrir encore ce grand théâtre sous les étoiles est politique en soi. Olivier Py

Embrassant, toujours, une politique volontariste pour favoriser l’accès des jeunes au Festival, Olivier Py poursuit sa proposition tarifaire favorable : tarifs spécifiques pour les moins de 18 ans, Formule 4/40 (4 spectacles pour 40 euros pour les moins de 26 ans). Des parcours spécifiques avec tarifs modulés sont également proposés pour les focus « Afrique Subsaharienne » en partenariat avec le Festival de Marseille (15 juin – 9 juillet). Le Festival d’Avignon poursuit encore sa « décentralisation » en offrant des spectacles « extra-muros » à Vedène, Villeneuve lez Avignon, Au parc des expositions, aux Hivernales ou en poursuivant le désormais habituel « spectacle itinérant » (cette année L’enfance à l’oeuvre de Renucci et Stavy)

Le spectateur (…) s’il est turbulent c’est au nom de la fraternité, s’il est excessif c’est au nom de la liberté, s’il est exigeant c’est au nom de l’égalité. Olivier Py

La question est donc « Qu’aller voir au Festival d’Avignon ? » Avec tout l’aplomb de notre subjectivité, et notre absolue neutralité (oui oui !), on vous donne sans détour les 15 spectacles à aller voir !

A l’heure du choix : 15 spectacles à voir

1/ « DIE KABALE DER SCHEINHEILIGEN. DAS LEBEN DES HERRN DE MOLIERE »

die_kabale_der_scheinheiligen__c__thomas_aurin (1)

  • Théâtre
  • Franck Castorf 
  • Parc des Expositions

L’ex-patron de la Volksbühne revient à Avignon pour un spectacle encore une fois probablement totalement démesuré, où l’élan dramaturgique et littéraire se mêlera au génie de la mise en scène de l’artiste allemand. Convoquant Molière, Boulgakov, Fassbinder, Racine ou Corneille, Franck Castorf explorera les liens entre auteurs et pouvoir politique avec l’audace qu’on lui connait.

2/ « IBSEN HUIS »

ibsenhuis_a__jan_versweyveld_04

  • Théâtre
  • Simon Stone
  • Cour du Lycée Saint-Joseph

L’australien Simon Stone réunit les personnages d’Henrik Hibsen, leurs intrigues et leurs singularités dans une même pièce qu’il a lui-même écrite, édifiant la mythologie labyrinthique du dramaturge norvégien pour la mettre en écho avec la question humaine.

3/ « DE MEIDEN / LES BONNES »

les_bonnes_4_a__janversweyveld

  • Théâtre
  • Katie Mitchell
  • L’Autre Scène – Vedène

En transposant Les Bonnes de Jean Genet dans un Amsterdam contemporain, et en modifiant le statut de Madame, Katie Mitchell promet avec son « De Meiden » new-look une réflexion sur l’ordre patriarcal d’une société qu’il s’agit sans doute d’ébranler…

4/ « ANTIGONE »

antigone__c__hirao_masashi

  • Théâtre
  • Satoshi Miyagi
  • Cour d’Honneur du Palais des Papes

Le théâtre très esthétique de Satoshi Miyagi devra probablement trouver un bel écrin dans la cour d’honneur, où on nous promet un travail autour de l’eau, des ombres ou des flammes. Grand amateur des drames et grandes tragédies, Miyagi explorera à la manière (quasi) Buto les tourments d’Antigone au cœur de Thèbes. Une parenthèse esthétisante, mais on espère que le metteur en scène japonais l’élèvera au-delà de la simple proposition graphique, comme cela avait pu être le cas avec son Mahabaratha 

5/ « LA FIESTA »

israel_galvan_la_fiesta

  • Danse
  • Israel Galvan
  • Cour d’Honneur du Palais des Papes

En fin de Festival, la Cour d’honneur accueille le Flamenco d’Israel Galvan, qui sera ici accompagné d’une petite dizaine de musiciens et de  danseurs : une occasion de rendre festif le plus haut lieu du Festival, et de parvenir  à créer (espérons-le….) le lien entre l’intime et le sens du collectif, cet instant de « fête/ fiesta » qui suit un spectacle de Flamenco lorsque tous les protagonistes se retrouvent ensemble. Une proposition du Festival qui attirera sûrement le public !

6/ « KALAKUTA REPUBLIK »

kalatuka_republik_3__c__doune_photo

  • Danse
  • Serge Aimé Coulibaly
  • Cloître des Célestins

Le chorégraphe burkinabé puise l’inspiration dans la vie et l’engagement politique du musicien nigérian pour délivrer un spectacle énergique avec de forts élans de liberté. Kalakuta Republik a provoqué des réactions enjouées partout il est passé. A Avignon, son propos sur l’engagement des artistes devrait faire mouche !

7/ « MEMORIES OF SARAJEVO – DANS LES RUINES D’ATHENES »

  • Théâtre
  • Le Birgit Ensemble
  • Gymnase Paul Giéra

Avec deux spectacles, Jade Herbulot et Julie Bertin reviendront sur la question de l’Europe, de notre rapport, historique, mythologique, politique et affectif à cet idéal qui dépasse les temps et les frontières. Présenté à La Pop dans sa forme embryonnaire, le projet du Birgit Ensemble promet un théâtre débordant des limites, mêlant archives et musique, chansons et déclamations, brisant le quatrième mur et interactif. Un sens du collectif !

8/ « BESTIE DI SCENA – BÊTES DE SCÈNE »

11_4534_bestiediscena_a_masiarpasquali

  • Théâtre
  • Emma Dante
  • Gymnase du Lycée Aubanel

L’artiste sicilienne revient à Avignon pour un projet radical : Sa troupe de comédiens, sans texte, ni costume, ni décor, devra évoluer au gré des propositions qui feront irruption. Une manière de transcender sans concessions les conventions théâtrales.

9/ « VAILLE QUE VIVRE »

  • Récit/Musique
  • Alexandre Tharaud / Juliette Binoche
  • Cour du Lycée Saint-Joseph

La comédienne Juliette Binoche et l’excellent pianiste Alexandre Tharaud se retrouvent pour un hommage en voix et musique à la chanteuse Barbara. Depuis quelques mois, anniversaire oblige, les hommages se succèdent à la pelle, au cinéma, en musique ou au théâtre. Gageons que cette forme-ci, qui plongera dans les souvenirs intimes et dans l’autobiographie inachevée de la chanteuse, saura mettre le sensible au cœur de la proposition.

10/ « C’EST UNE LÉGENDE »

cest_une_legende_4__c__frederic_iovino

  • Danse
  • Raphaël Cottin
  • Les Hivernales

L’un des danseurs phares de la troupe de Thomas Lebrun, Raphaël Cottin, offrira avec « C’est une légende », un retour d’une petite heure sur l’art de la danse et du mouvement à travers les âges, du classicisme à Pina Bausch… Estampillé Jeune Public, il sera probablement de la même élégance que le danseur/chorégraphe !

11/ « THE GREAT TAMER »

DP_WEBSITE_THE_GREAT_TAMER_by_Dimitris_Papaioannou_photograph_by_Julian_Mommert_JCM_1304-3681-908-375-90-c

  • Théâtre – Performance
  • Dimitris Papaioannou
  • La Fabrica

L’artiste grec Dimitris Papaioannou débarque pour la première fois à Avignon, emportant avec lui tout son esthétisme performatif et symbolique. Le metteur en scène de la cérémonie de JO d’Athènes de 2004 offrira un spectacle fait d’images et d’instants graphiques, offrant sans doute aux spectateurs l’occasion d’une plongée poétique dans les petits et grands drames humains.

12/ « UNWANTED »

unwanted_3__c__bruce_clarke

  • Récit  / Musique / Théâtre  / Danse
  • Dorothée  Munyaneza
  • Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon

Revenant sur le parcours des femmes violées en temps de guerre, notamment celle du Rwanda, rapportant leurs témoignages, incarnant la voix des victimes et la dignité des enfants nés de ces viols, Dorothée Munuyaneza offrira sans doute un spectacle où l’émotion et l’engagement seront portés haut et fort par la voix, la musique et la danse.

13 et 13bis/ « LE SEC ET L’HUMIDE » OU « GRENSGEVAL BORDERLINE »

  • Théâtre
  • Guy Cassiers
  • L’Autre Scène – Vedène

En adaptant le roman de Jonathan Littel, Guy Cassiers met en lumière le travail politique et analytique du romancier et la fascination qu’exerce la structure de la langue nazi (celle de Léon Degrelle). Un spectacle politique qui réunit Cassiers et Littel, autour de la question du pouvoir d’un langage, forcément attirant !

  • Théâtre/Danse
  • Guy Cassiers – Maud Le Pladec
  • Parc des Expositions

Au choix, vous pouvez aussi filer au parc des expositions où la proposition du metteur en scène et de la chorégraphe autour du texte Les Suppliants d’Elfriede Jelinek sera à coup sûr un instant de grâce et de force, où vont se mêler dans l’immense parc des expositions (réarrangé?) les mots et les corps autour du thème des naufragés, de l’étranger et de l’accueil.

14/ « STANDING IN TIME »

  • Danse / Performance / Indisciline
  • Lemi Ponifasio
  • Cour du Lycée Saint-Jospeh

La mystique de Lemi Ponifasio (déjà vue dans IAM, présenté dans la cour d’honneur en 2014) est emprunte d’un esthétisme envoûtant et dérangeant. Sans sous-titre, sans accompagnement, Ponifasio aime à travailler dans l’immersion sensorielle : chants et lamentations maoris côtoieront les propositions plastiques du metteur en scène néo-zélandais, qui offrira à penser le rôle des femmes dans la société et celui des Hommes sur Terre. Vaste programme métaphysique : les propositions de Ponifasio ne suscitent pas l’enthousiasme général… mais il s’en dégage quelque chose de spirituel, une expérience à essayer!

15/ « SOPRO / SOUFFLE »

  • Théâtre
  • Tiago Rodrigues
  • Cloître des Carmes

Lorsque Tiago Rodrigues avait présenté en portugais son Antoine et Cléopatre en 2015, il avait séduit et enchanté Avignon : le metteur en scène portugais et directeur du Théâtre National de Lisbonne revient pour présenter, toujours avec la même économie de moyens qu’on lui connait, une pièce sur le souffleur, et rendre corps ainsi aux souffles et aux voix, aux silences et aux respirations en mettant au cœur de son oeuvre, encore une fois, le texte et les mots.

16/ Et le reste ?

A découvrir ou à éviter…

On vous conseille d’aller faire un tour du côté du jardin Ceccano où chaque midi, la proposition politique de Christiane Taubira et d’Anne-Laure Liégeois fait place, gratuitement, à la parole publique, où les textes engagés de grands auteurs (Hugo, KAnt, Jaurés, Lamartine, Césaire…) sont lus par des citoyens

Olivier Py adaptera à La Fabrica son propre roman Les Parisiens. La scéno du toujous fidèle Pierre-André Weitz et le lyrisme débordant usuel de Py s’étaleront durant 3h30 à la Fabrica. Si vous aimez la sobriété, passez votre chemin…

Pour les amateurs d’une danse hors norme, tentez le Scena Madre* d’Ambra Senatore.

Si vous vous trouvez sur le lieu de passage du spectacle itinérant de Robin Renucci, pourquoi ne pas aller voir L’enfance à l’oeuvre, où il revient sur la jeunesse fondatrice de Rimbaud, Gary ou Proust…

On vous conseille toujours l’expo à l’Eglise des Célestins, dans un cadre qui modifie toujours le rapport à l’oeuvre. Cette année, Ronan Barrot -auteur de l’affiche- s’empare des salles de l’église pour y exposer son travail ! A voir.

Pour ceux qui aime Maeterlinck, on vous conseille La Princesse Maleine, pour découvrir l' »après » des contes…

On avoue être assez curieux de découvrir The Last King of Kafkontein de Boyzie Cekwana où on nous promet tragédie shakspearienne et violent conte dans une mise en scène mêlant vidéo, musique et danse…  Comme on avoue être assez prudents avec les deux Santa Estati Atridi d’Antonio Latella  : deux spectacles de 9h et 7h40 autour des Atritdes: meurtres, viols, incestes, les mythes d’Iphigénie, Oreste, Electre (…) déclinés en huit épisodes.

On vous conseille, toujours, d’essayer de voir quelques Sujets à vif, en partenariat avec la SACD, dans les jardins de la Vierge du Lycée Saint-Joseph, toujours source de surprise… Pour le meilleur ou pour le pire, c’est le risque. On vous conseille la proposition de Lazare et de Jann Gallois, qui donne plutôt envie, ou celle de Gaëlle Bourges et de Gwendoline Robin.

Avignon, c’est aussi une multitude d’autres propositions (musiques sacrées, sélection cinématographique, rediffusion d’anciens spectacles dans la Nef des images, débats publics, rencontres avec les artistes…) : Allez voir sur le site du Festival.

Bon Festival !

Ouverture de la billetterie le samedi 10 juin au cloitre Saint-Louis à Avignon et par internet et téléphone le lundi 12 juin.

 

Rick Panegy

Vous êtes d'accord avec nous ?
N'importe quoi !
0%
Pas franchement d'accord
0%
D'accord avec vous !
0%
Absoluuuumeeent!
100%
Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »