Dernier article du site
 
[Spectacles] [Festival d’Avignon 2018 – En Bref] Danse / Kreatur / Sasha Waltz
[Festival d'Avignon 2018 - Critique] Théâtre / OVNI(S) / Viripaiev / Collectif Ildi ! Eldi
Previous
RANDOM
[Festival d'Avignon 2018 - Critique] Danse / GRITO PELAO / Rocio Molina
Next
Spectacles

[Festival d’Avignon 2018] Théâtre / Iphigénie / Racine/ Chloé Dabert

by 10 juillet 2018
Verdict...
NOTES
Rick Panegy
NOTES
You have rated this
La (pas) critique

Non, je ne suis pas Racine mais en sortant de ce plombant Iphigénie, dont la direction d’acteur est bonne (et encore… Vous avez du passer un temps tellement important en amont à mettre un point d’honneur à déclamer à l’ancienne parfaitement les vers qu’il a manquéddu temps pour travailler le reste… ), j’avais envie d’en tirer quand même quelque chose de plaisant… Alors voilà, je dis avec toute la méchanceté qui me caractérise (je suis vilain) à Chloé Dabert que je n’ai pas aimé son Iphigénie. Elle s’en souciera comme d’une guigne, toute fraîchement nommée à la tête de la Comédie de Reims et toute auréolée, avant même la première de son Iphigénie à Avignon, d’une looooongue tournée à travers la France jusqu’en mai 2019 (du T2G au TNB..).

Allez Chloé, un peu d’humour, je ne suis pas le seul à ne pas avoir apprécié et d’autres défendront cet arc-boutisme-répertoire-classique-on-sort-pas-des-lignes avec une ferveur sans doute très chaleureuse….

Voici donc un petit poème en vers, des alexandrins pour dire comme cela m’a déplu.

-Iphigénie pas torride-

Comme j’ai tant souffert sous ce ciel grand ouvert

Là où comme mon cœur, le ciel s’assombrissait

Dans ce grand cloître humide, à force d’écouter

Patient et plein d’espoir, subissant le calvaire,

Cette soporifique et poussiéreuse pièce

Que tu nous as montée avec telle paresse.

J’avais quelques espoirs, réels je le confesse

De voir  Iphigénie montrée avec hardiesse.

J’en ai vues mille fois, et mille fois pareil :

Iphigénie montrée comme tu l’as construite.

Pas un geste ou un bruit ne m’ôta du sommeil

Où je sombrais hélas, comme après une cuite:

Un plateau dégarni, et des costumes gris,

Sobres et délicats, sombres ou bleu marine, .

Une scénographie à peine rabougrie

Qu’un moche échafaudage à cour fait figurine.

Comme si par prudenc’, par un snobisme sot

Que Racine il faudrait, d’un styl’ ne sorte pas.

Certes les comédiens, précis comme un compas,

Dans ton Iphigénie tiennent le verbe haut,

Cerutti et Dubois s’en sortent avec talent.

Eveno en Achille était si nonchalant,

Et Boudaud dans son style encore cabotinait,

Ducorps avec fierté Clytemnestre jouait.

J’étais abasourdi qu’à la fin de chaque acte

Encore de nos jours, un vain retour au noir

Banalement  surgiss’ comme un petit entracte.

Dans ton Iphigénie, tout me parait si couard,

Paresseux ou prudent, banal ou bien lassant,

Comme si tu pensais qu’auparavant jamais

La même chos’ que toi, personne n’avait fait.

Oui, un rideau qui tombe : quel effet innovant…

En vrai il suffisait de Racine relire,

Tranquillement au lit. Et la salle aller fuir.

C’eut été aussi bien, juste on aurait manqué

D’Agamemnon le cuir ou les voix exaltée,

Les tirades calmées, tourné vers le public

Comme les bons clichés d’un spectacle tragique.

Rick Panegy 

Photos : © Raynaud de Lage

Iphigénie_de_lage_7

Iphigénie_de_lage_6

iphigénie_de_lage_5

iphigénie_De_LAge_2

iphigénie_De_LAge

Vous êtes d'accord avec nous ?
N'importe quoi !
17%
Pas franchement d'accord
17%
D'accord avec vous !
50%
Absoluuuumeeent!
17%
Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »