Dernier article du site
 
[Spectacles] Spectacle / Put your heart under your feet… and walk – Steven Cohen
Spectacle / JR - FC Bergman
Previous
RANDOM
Spectacle / Oreste, Electre - Ivo Van Hove - Comédie Française
Next

Festival de Cannes 2019 – La sélection

#Humeur/Opinion
LA CRITIQUE
Retour sur la sélection
du 72ème Festival de Cannes
14 au 25 mai 2019
→ Voir le site du Festival

Revoilà le Festival de Cannes, qui, pour sa 72ème édition, se déroulera du 14 au 25 mai… La conférence de presse annonçant les films présentés a eu lieu ce 18 avril… Alors excitation ? En tout cas, pour Alejandro G. Iñárritu, ça s’annonce du boulot : le nouveau président du jury, qui succède à Cate Blanchett, nous annoncera bientôt les membres de son jury.

PAS LA :-(

Image associéeCertes, on attend toujours de savoir si Quentin Tarantino aura terminé son très attendu Once upon a time in Hollywood pour l’y présenter : il retrouverait les marches du Palais, où il a obtenu la Palme d’Or en 1994 (ça fait 25 ans… damned) pour son génial Pulp fiction. Ce coup-ci, il les grimperait avec Jennifer Lawrence, Leonardo Di Caprio, Brad Pitt, Al Pacino, Kurt Russell, Tim Roth, Dakota Fanning ou encore Michael Madsen… Du beau gros monde pour le côté star et glamour que chérie le plus grand Festival de Cinéma… Idem pour le dernier James GrayAd Astra, qu’on annonçait pourtant mais qui semble encore moins certains d’être prêt pour Cannes… Le réalisateur américain reste donc à 4 tentatives cannoises infructueuses pour The Yards, La nuit nous appartient, Two Lovers et The immigrants… Quand à Kore-Eda, lauréat de la Palme d’or l’an dernier avec Une affaire de famille,  et multi-primé sur la croisette (Nobody Knows, Tel père tel fils) il aurait pu être en course pour une seconde palme consécutive avec son nouveau long métrage au casting pourtant tout à fait cannois (Catherine Deneuve et Juliette Binoche, voyez le truc!) mais il ne sera pas terminé à temps. Tant pis… Car pour l’instant, la conférence de presse de ce 18 avril a annoncé officiellement la compétition, et ce que Pierre Lescure et Thierry Frémeaux, les deux patrons, nous ont annoncé, est déjà alléchant…

Star et glamour, donc, ce sera du côté des marches… Pour le Festival, ce sera selon Pierre Lescure, « Romantique et Politique » ! Politique, toujours… Le Festival de Cannes a souvent été, sous l’impulsion de ses présidences de jury successifs, un lieu où, parfois davantage que la pure qualité cinématographique (mais qu’est-ce d’ailleurs?), le discours politique et l’état du monde prenaient une part essentielle dans la désignation des vainqueurs. On pense à Entre les Murs (2008), Fahrenheit 9/11 (2004), Underground (1995), Yol (1982) etc…

BIM UPDATE !! Quentin Tarantino sera bien de retour sur les lieux de ses premières amours : son One Upon a Time in Hollywood sera bien prêt. Tout le monde jubile !

Et puis on apprend aussi la venue d’Abdellatif Kechiche avec la seconde partie de son Mektoub My Love, sur la jeunesse des 90’s. Mektoub My Love intermezzo sera donc présenté à Cannes, là où le réalisateur avait gagné sa palme d’or en 2013 pour La vie d’Adèle.

IL PADRONE : Alain Delon

alain delonBim, le patron du cinéma français, aujourd’hui âgé de 83 ans, sera présent à Cannes pour un hommage qu’il adore tant : le voilà, lui tout seul, récompensé dans son entière staritude, par une palme d’honneur. Le comédien, qui était déjà au Festival en 1963 quand Le Guépard, de Luchino Visconti, remportait la Palme d’or (et quel rôle pour Delon!) sera la 13ème personnalité à recevoir la palme d’honneur. On avait vu Woody Allen, Jeanne Moreau, Clint Eastwood, Jean-Paul Belmondo ou encore Agnès Varda recevoir la prestigieuse reconnaissance.

Delon, qu’on aime à dessiner à l’égo surdimensionné et aux contours imbus ou prétentieux, a pourtant hésité longuement avant d’accepter de recevoir la Palme d’Honneur, déclarant d’après Thierry Frémaux, qu’il ne « devait venir à Cannes que pour célébrer les metteurs en scène avec lesquels il a travaillé. » Preuve d’une certaine modestie finalement.

EN ROUTE POUR LE GRAAL : LA SELECTION OFFICIELLE

Côté compét’, il y a quand même du monde : on jubile déjà à l’idée de la soirée d’ouverture avec le très attendu The Dead don’t die de Jim Jarmusch (mais on confesse une curiosité intriguée face au genre nouveau exploré par le réalisateur de Dead Man, Ghost Dog ou Only lovers left Alive). Du zombie et un casting d’enfer : Bill Muray, Adam Driver, Tilda Swinton, Selena Gomez et Dany Glover. On aime déjà.

Résultat de recherche d'images pour "dolor y gloria pedro almodovar"Pedro Almodovar, déjà à Cannes avec Tout sur ma mère (1999), La mauvaise Education, hors compétition (2004), Volver (2006), Étreintes brisées (2009), La piel que habito (2011) ou encore Julieta (2016) tentera pour la 6ème fois de rafler la palme d’or : son Dolor y gloria, dans lequel se retrouvent Penelope Cruz et Antonio Banderas fera la part belle aux souvenirs et aux retrouvailles… On croise les doigts.

Rererererebelotte pour les frères Dardenne, déjà lauréats de deux palmes d’or (Rosetta en 1999 et L’Enfant en 2005), du grand prix du jury pour Le Gamin au vélo (2011) ou du prix œcuménique pour Deux jours une nuit (2014) viendront en habitués sur la Croisette. On a envie de dire que ça suffit là, à moins que Le jeune Ahmed ne rafle encore une fois la mise…  Itou pour Ken Loach, multi-récompensé à Cannes : Prix du jury en 1990 (Secret Défense), en 1993 (Raining Stones), en 2012 (La part des anges) et Palme d’or en 2006 (Le vent se lève) et en 2016 (Moi, Daniel Blake). Sorry we missed you sera une nouvelle occasion d’admirer le style naturalisto-humaniste du réalisateur, où on poursuit dans l’exploration de la classe ouvrière, les classes dominées, et sera aussi l’occasion d’aller lorgner (on voit le regard critique pointer son nez) du côté de l’uberisation.

Résultat de recherche d'images pour "Gisaengchung"Revoila un autre chouchou cannois, Xavier Dolan, qui trépigne d’avoir enfin sa palme : il la veut, il la veut. Le talentueux (parce qu’il l’est… certes agaçant..mais talentueux) réalisateur canadien, qui a cette année 30 ans (fini les caprices maintenant, hein) avait été récompensé à Cannes dès son premier film en 2009 avec J’ai tué ma mère. Il avait par la suite été récompensé par les jeunes à Cannes avec Les Amours imaginaires (2010), avait obtenu la Queer Palm avec Laurence Anyways (2012) et avait obtenu le prix du jury pour Mommy (2015), et le prix du jury œcuménique ainsi que le Grand Prix pour Juste la fin du monde (2016).  En gros, il grimpe toutes les marches à chaque fois.. Parcours sans faute : ne lui reste plus que la palme d’or à avoir. Peut-être dès cette année pour Matthias et Maxime, et un retour au canada pour le tournage, et un retour devant sa propre caméra.

Pour le reste, ça brille aussi côté Bong Joon Ho, qui revient après Okja en 2017, avec Gisaengchung. Le génial réalisateur sud-coréen, déjà présent en 2006 avec The Host, revient avec une histoire de voisins où l’arnaque tourne autrement que prévue. Attention gros client ! Arnaud Desplechin, dans un autre style, viendra à Cannes pour tenter de recevoir aussi sur la croisette un prix à hauteur de son talent, déjà récompensé aux César, ou par le prix Louis Delluc. Le réalisateur français, classé art et essai, fait la part belle au fait d’hiver : Roschdy ZemLéa Seydoux ou Sara Forestier sont du casting dans Roubaix, une lumière.

Côté français encore, on guettera les pas de Céline Sciamma dans la compétition officielle. La réalisatrice du superbe Tomboy en 2011 offrira sans doute à Adèle Haenel un beau rôle, en nous plongeant au cœur d’une relation entre une jeune peintre et son modèle, au 18è siècle. Et puis les premiers pas aussi de Justine Triet, la réalisatrice du virevolté La Bataille de Solférino, avec Sibyl, qui compte Virginie Efira, Adèle Exarchopoulos, Gaspard Ulliel et Niels Schneider au casting dans un histoire qui sent bon les méandres psy et les perversions narcissico-névrotiques. On découvrira aussi Mati Diop et son Atlantique.

Et puis comment ne pas noter la présence en compétition de Terence Malick, le génie des génies du cinéma, admiré, adulé, mystérieux, qui en quelques rares films et autant de chefs d’œuvres (la balade sauvage en 1973, les moissons du ciel en 1978, la ligne rouge en 1998), s’était directement placé au rang de monument, avant d’enchainer les navets ou le grotesques, en glissant du spirituel à la guimauve prosélyte. A la merveille, Knight of Cups ou Song to song… Le déclin avait commencé avec le pas très subtil The Tree of life, pourtant récompensé à Cannes par la Palme d’or. Son nouveau film, A hidden Life, correspondra-t-il à la résurrection de l’Elu du cinéma ? Prions.

Résultat de recherche d'images pour "frankie ira sachs"Enfin, et c’est une ravissante nouvelle, on se réjouit de la sélection en compétion officielle de Frankie d’Ira Sachs. Le réalisateur américain de Keep the lights on, Love is strange ou Brooklyn Village, qui explore avec une émouvante légèreté les banalités anecdotiques de la vie, et avec une rare nuance, sera un sérieux outsider. Et ce sera encore une occasion, dont on se lasse jamais, d’admirer notre Zaza Huppert nationale !

Et puis ce sera l’occasion de découvrir pour le grand public le cinéma de Marco Bellocchio, fort d’une longue carrière d’environ 25 films depuis les années 60 et qui n’a encore jamais été distingué à Cannes. Côté international et découverte de réalisateurs plus confidentiels, on verra ce que donne le Little Joe de l’autrichienne Jessica Hausner, ou le nouveau film du réalisateur chinois Diao Yi’nan, The wild Goose Lake, dont le Black Coal en 2014 avait remporté l’ours d’or au Festival de Berlin !

A noter également, la présence, rare, d’un réalisateur palestinien : Elia Suleiman. Il était déjà présent au Festival de Cannes en 2002 lorsqu’il y remporta le prix du Jury pour Intervention Divine. Il y était également présent en 2001 à la quinzaine des réalisateurs et en 2009 encore, en sélection officielle, avec Le temps qu’il reste. It must be heaven explorera, sous Résultat de recherche d'images pour "NAN FANG CHE ZHAN DE JU HUI (The Wild Goose Lake) by Diao Yinan"forme de conte, la question de la terre et du chez soi, de l’appartenance mémorielle à un lieu. Corneliu Porumboiu, le réalisateur roumain déjà primé à Cannes en 2006 avec une Camera d’or pour 12h08 à l’est de Bucarest, en 2009 pour Policier Adjectif avec un prix du jury de la sélection un certain regard, ou en 2015 encore dans la sélection un certain regard avec Le Trésor. La gomera sera pour lui l’occasion de rafler enfin un prix en sélection officielle !

Les films en sélection officielle :

THE DEAD DON’T DIE / Jim Jarmusch (OUVERTURE)

DOLOR Y GLORIA (Douleur et Gloire / Pain and Glory) by Pedro Almodóvar

IL TRADITORE (Le Traître / The Traitor) by Marco Bellocchio

NAN FANG CHE ZHAN DE JU HUI (The Wild Goose Lake) by Diao Yinan

GISAENGCHUNG (Parasite) by Bong Joon Ho

LE JEUNE AHMED (Young Ahmed) by Jean-Pierre Dardenne & Luc Dardenne

ROUBAIX, UNE LUMIÈRE (Oh Mercy!) by Arnaud Desplechin

ATLANTIQUE by Mati Diop

MATTHIAS ET MAXIME (Matthias and Maxime) by Xavier Dolan

LITTLE JOE by Jessica Hausner

SORRY WE MISSED YOU by Ken Loach

LES MISÉRABLES by Ladj Ly

A HIDDEN LIFE (Une vie cachée) by Terrence Malick

BACURAU by Kleber Mendonça Filho & Juliano Dornelles

LA GOMERA (The Whistlers) by Corneliu Porumboiu

FRANKIE by Ira Sachs

PORTRAIT DE LA JEUNE FILLE EN FEU by Céline Sciamma

IT MUST BE HEAVEN by Elia Suleiman

SIBYL by Justine Triet

Hors Compétition, Pour le plaisir

Résultat de recherche d'images pour "ROCKET MAN  Fletcher"LES PLUS BELLES ANNÉES D’UNE VIE (The Best Years of a Life) by Claude Lelouch

ROCKETMAN by Dexter Fletcher

TOO OLD TO DIE YOUNG – NORTH OF HOLLYWOOD, WEST OF HELL by Nicolas Winding Refn

DIEGO MARADONA by Asif Kapadia

LA BELLE ÉPOQUE by Nicolas Bedos

Bon, hors compétition, pour le plaisir.. on verra un nouveau Biopic, cette fois ci, c’est la vie d’Elton John qu’on verra dans le Rocketman de Dexter Fletcher…. Sans référence à son homosexualité ? La récente polémique suscite la curiosité et l’inquiétude… Espérons simplement que ce biopic là sera mieux que l’immonde (et pourtant multirécompensé) Bohemian Rhapsody de Bryan Singer. Evidemment, on se délecte de voir le nouveau Winding Refn mais on se demande ce que fout là le film de Nicolas Bedos… Peut-être pour refaire le coup de Le grand Bain de Gilles Lellouche, présenté Hors competition l’an dernier et dont on connait le succès qui suivit… Le Festival espère peut-être à nouveau une réconciliation du même type avec le grand public… Mouai…

Et puis bien sûr, la curiosité ultime un peu méta tout de même, alors qu’on a en fait de gros doute sur la qualité du film, ce sera le dernier Claude Lelouch, Les plus belles années d’une vie, qui revient en mode requiem sur Un homme et une Femme (Palme d’or en 1966), version deuxième suite (après le film de 1986), où Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant se retrouveront plus de 50 ans après…

Un Certain Regard

Pour info, voici la sélection « un certain regard », où on retrouve Bruno Dumont et Christophe Honoré dans la sélection.. Assez curieux quand on sait que la catégorie Un Certain Regard récompense en général des réalisateurs encore peu connus… En tout état de cause, il faut proposer un cinéma plus audacieux pour sortir vainqueur. C’est l’occasion de voir ceux qui feront bouger les lignes…

VIDA INVISIVEL (Invisible Life) by Karim Aïnouz

DYLDA (Beanpole) by Kantemir Balagov

LES HIRONDELLES DE KABOUL (The Swallows of Kabul) by Zabou Breitman & Eléa Gobé Mévellec

LA FEMME DE MON FRÈRE (A Brother’s Love) by Monia Chokri

THE CLIMB by Michael Covino

JEANNE (Joan of Arc) by Bruno Dumont

O QUE ARDE (Viendra le feu / A sun that never sets) by Olivier Laxe

CHAMBRE 212 by Christophe Honoré

PORT AUTHORITY by Danielle Lessovitz

PAPICHA by Mounia Meddour

ADAM by Maryam Touzani

ZHUO REN MI MI by Midi Z

LIBERTÉ by Albert Serra

BULL by Annie Silverstein

LIU YU TIAN (Summer of Changsha) by Zu Feng

EVGE by Nariman Aliev

Affiche du Festival… Agnès <3

De Flore Maquin (d’après La pointe Courte 1994 / Agnès Varda et ses enfants)

affiche_festival de cannes 2019

Et puis, il n’en était pas question autrement…. Il fallait qu’Agnès Varda, que le Festival a récompensé de la Palme d’Honneur, soit présente, quelque part, d’une manière ou d’une autre… Sa présence sur l’affiche officielle du Festival, qui la représente quand elle est capte encore  au TNP et qu’elle débute sa carrière de réalisatrice avec son premier film La pointe courte, tourné sur ses terres chéries de Sète, est un bel hommage !

Rick Panegy

Voir le site du Festival de Cannes

Et vous, vous en avez pensé quoi ?
perso j'ai dé-tes-té !
0%
mouai, bof, ça m'a pas chamboulé!
0%
C'était plutôt pâs mal !
0%
J'ai a-do-ré !
0%
Fonts by Google Fonts. Icons by Fontello. Full Credits here »