[Film – critique] Impardonnables (André Téchiné): De la difficulté d’aimer …

Un film d’André Téchiné arrive souvent comme une brise légère, attendue avec langueur. La nostalgie et la sagesse qui se dégagent des tumultes et des tourments de l’âme sont souvent comme un réconfort, sinon un miroir utile… Impardonnables est de la même veine, explorant de nouveau les sentiments humains et les passions, même sages, à travers une Venise discrète, mais proche…

Francis et Judith ne sont plus jeunes, ils ont déjà vécu, entre amours, famille, enfants ou aventures. A leur âge, la sagesse l’emporterait sur la passion, cet élan suprême que ne maitrise pas encore la jeunesse, avide de sensations… Les deux personnages ont “roulé leur bosse”, ils n’ont plus à s’embarrasser de timidité, d’atermoiement ou de peur d’ “y aller”… La rencontre entre Judith et Francis se solde vite par une union, presque raisonnée et avisée, sans qu’il y ait d’ardentes passions.  Celles-ci viendront sur le tard, lorsque la raison des deux amoureux laissera place à une  abdication salvatrice. Francis a déjà une fille, Alice, et Judith a déjà connu plusieurs amours, avec des hommes et des femmes et sa vie, même professionnelle, a été riche d’expériences variées.

A Venise, Francis vient chercher la tranquillité pour écrire un nouveau roman. Judith y travaille, dans l’immobilier. La visite de la fille de Francis, et sa disparition ensuite, seront le point de départ à un parcours presque “policier”, prétexte à l’exploration des sentiments et de l’âme des deux protagonistes principaux, incarnés par Carole Bouquet, radieuse, et André Dussollier, sensible.

De la difficulté d’aimer…

L’être n’a d’autre essence que d’aimer. Et en chacun s’inscrit cette absolue nécessité et l’incontrôlable nature de se perdre en l’autre. Sauf qu’en tous est blottie aussi l’impérieuse fierté, l’incapacité étouffante ou la pénurie d’abandon…  Chaque personnage, dans le film, est animé d’un amour infini et évident, d’un besoin absolu d’aimer, plus que d’être aimé. Mais ils ont tous, en l’exprimant différemment, l’âme torturée par la difficulté qu’ils ont à exprimer leur amour, à s’y abandonner et à en jouir pleinement, car, finalement, la simple expression pleine de son amour est déjà une totale jouissance. Il est inévitable, semble conclure le film, de vivre avec ses tourments, comme il est inévitable de céder à l’amour qu’on éprouve…

Un romancier aventureux mais fier et un peu veule ; son épouse, agent immobilière, moderne et séduisante, faisant fi de tout code ; l’ ancienne maîtresse de cette dernière, détective privée, alcoolique et désemparée ;  le fils de celle-ci, voyou un peu perdu, maladroit et violent ; la fille du romancier, ex-droguée animée d’un mal-être dévorant, sont autant de personnages qui vont se croiser et faire vivre à leur âme blessée ou têtue l’aventure enrichissante d’un morceau de vie…

Venise, un labyrinthe de l’âme…

Comme pour mieux illustrer les méandres de l’âme humaine, l’action se déroule à Venise, où la sérénissime devient le reflet des labyrinthes de l’esprit des protagonistes. Jamais Venise n’est filmée comme une façade touristique, celle que tous peuvent connaître, en surface, presque superficiellement. Elle devient l’intime écho de l’aliénation des personnages à leurs carcans sentimentaux.

Téchiné cède ça et là quelques longueurs et se perd un peu, parfois, dans les rôles secondaires (ce qui a  au moins l’intérêt non-négligeable de donner du corps à ces personnages, vivants et épais, donnant ipso facto aux deux héros une force plus grande encore, et une finesse appréciable). Le film s’oriente vers le polar, puis revient à un récit au ressort plus dramatique, en passant presque par le récit initiatique ou la romance ; mais l’enchevêtrement des styles et la succession  des récits imbriqués, parfois très secondaires (bien que toujours importants) sont à l’image du sujet d’étude:  l’âme et le sentiment amoureux n’ont jamais été chapitrés ou linéaires…

Rick Panegy

impardonnables_téchiné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *