[Film – Critique] Intouchables de Eric Toledano et Olivier Nakache: une démagogie populaire

[fblike]

Intouchables d’Eric Toledano et Olivier Nakache est sans conteste le petit phénomène du box-office de cette fin d’année 2011. Après deux semaines à l’affiche il se place directement à la 3ème place du classement des entrées 2011, devançant le Tintin de Spielberg, il semble en bonne voie pour être le candidat idéal pour gagner la première place dans les prochaines semaines et battre les entrées d’Harry Potter ou du Rien à Déclarer de Danny Boon. Cependant, sous ses airs de comédie impertinente, portée essentiellement par le contraste entre la retenue de François Cluzet et l’humour d’Omar Sy, ce film, adapté d’une histoire vraie, déborde de clichés et de démagogie.

Philippe (François Cluzet) est un riche aristocrate hédoniste qui se retrouve paralysé à la suite d’un accident de parapente.  Il décide  de ne pas écouter son entourage bien pensant en engageant comme aide à domicile, le jeune Driss (Omar Sy), issu de la banlieue parisienne et récemment sorti de prison. Ces deux hommes, que tout oppose, vont se lier d’une amitié plus forte que tout qui transcendera les classes sociales.

En adaptant l’histoire vraie de Philippe Pozzo Di Borgo et Abdel Sellou, on sent bien qu’Eric Toledano et Olivier Nakache ont voulu utiliser un humour anticonformiste et impertinent pour donner une autre image du handicap, du clivage social, du racisme et de l’insertion pour les jeunes de banlieue. Cet humour effronté face au handicap en particulier et au milieu bourgeois en général, et qui fonctionne la plupart du temps, est totalement porté par Omar Sy, mis en valeur ici par le caractère réservé du personnage bourgeois interprété par François Cluzet. Les innombrables sketchs irrévérencieux du film , parfois lourds, ne sont pas forcément originaux puisqu’ils ressemblent trait pour trait à ceux du SAV des emissions dans lesquels Omar Sy s’illustre quotidiennement sur Canal + depuis des années.  Les amateurs y trouveront largement leur compte, peut être même un peu trop.

Mais là ou le bas blesse c’est que cet humour et ces vannes à foison, censés balayer les idées reçues et secouer le spectateur de sa léthargie, sont littéralement annulés par un scénario plein de clichés, de bons sentiments et de démagogie, taclant au passage une certaine vision de la culture et de l’art (opéra, littérature et peinture contemporaine sont raillés tout du long) sous prétexte de rassembler la France d’en bas à celle d’en haut.  Un choc des cultures qui fait passer la musique d’Earth Wind & Fire pour beaucoup plus cool et branchée que celle de Vivaldi. Pas étonnant au final, qu’on a le sentiment de se retrouver face à un mauvais téléfilm sur TF1 et non devant un objet rare du 7ème art.

Pourtant le film fonctionne merveilleusement bien a en voir les chiffres du box-office d’un côté et de l’autre, les rires en masse et l’émotion dans la salle. Encore une fois, la carte de “l’histoire vraie”, qui donnerait toute légitimité incontestable à ses réalisateurs, fonctionne en véritable prise d’otage de l’affect des spectateurs, qui ne semblent plus se distraire que par l’émotion et non plus par la réflexion. Un cocktail d’humour et de larmes justifié par la gravité du vrai, qui avait déjà fait le succès du film de Valérie Donzelli La guerre est déclarée à la rentrée 2011 ou plus récemment dans le Polisse de Maïwenn. Plutôt que de voir ce film lourd de démagogie on aurait sans doute préféré découvrir le documentaire sur les vrais personnages, A la vie, à la mort sortit en 2004.

Philip Pick

Bande-Annonce Intouchables (2011) d’Eric Toledano et Olivier Nakache

[youtube width=”600″ height=”365″ video_id=”cXu2MhWYUuE”]

2 thoughts on “[Film – Critique] Intouchables de Eric Toledano et Olivier Nakache: une démagogie populaire

  1. “Encore une fois, la carte de “l’histoire vraie”, qui donnerait toute légitimité incontestable à ses réalisateurs, […]”

    Exactement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *